Papier

21 05 2008

Hier soir alors que j’envoyais un message amical au mensuel lyonnais « Lyon Mag » qui prépare une soirée de soutien le 29 mai, je tombais sur le dernier numéro de « Stratégies » qui consacre, comme chaque année, sa « Une » à la presse non sans oublier de joindre son fameux poster sur les chiffres clés de la presse écrite.

Dans un éditorial aussi superficiel que plein de béatitude, François Kermoal, le directeur de la rédaction de cet hebdo, se risque à affirmer que « l’imprimé n’est pas mort » et que la presse magazine est « dans une forme époustouflante » (sic !).

En vérité dans un jeu de passe-passe propre à épater uniquement ses amis et clients, Kermoal écrit une ode, non pas à la presse, mais au papier imprimé. Il suffit d’ouvrir « l’organe central de la pub » pour s’en convaincre. Alors que les quotidiens nationaux subissent d’après « Stratégies » une baisse de -0,63%, les régionaux de -0,75% et que même la presse TV (-1,19%), la presse masculine (-23,29%) et la presse féminine (-1,56%) prennent des gamelles, Kermoal ventile sa joie afin de nous expliquer que les chiffres « époustouflants » proviennent de la presse people (+8,35%), de la déco(+2,67%) et des News magazines (+6,62%).

Justement abordons la question de ces fameux hebdomadaires d’actualité. Ils viennent de se faire du gras et doivent donc dire merci à Nicolas, Cécilia et Carla. Pensez donc avec sa fameuse interview de Carla Bruni, l’Express a battu un record avec 600 000 exemplaires vendus. Les moyennes de diffusion de l’Express et du Point sont bien entendu à la hausse alors qu’un titre comme le Nouvel Observateur, qui s’est protégé d’une telle dérive, enregistre quant à lui une légère baisse.

Sauf à lui faire de la peine, j’invite donc « Stratégies » et son patron à plus de retenue et donc à moins de triomphalisme car la situation de la presse dans notre pays n’est pas bonne. Mais revenons à « Lyon Mag ».

Vous le savez peut-être le mensuel lyonnais connait des difficultés mais surtout est la cible de l’un de ses actionnaires, Monsieur Latouche, dont tout le monde dit qu’il est riche comme Crésus.

Ce Monsieur Latouche vient de s’offrir « Lyon Capitale » et se verrait bien propriétaire de « Lyon Mag ». Qui plus est le patron du Groupe Fiducial est connu comme un habile homme d’affaires, ce qui n’est pas un défaut, mais aussi comme un compagnon de route de leaders de la droite dure. On évoque en général le nom de Bruno Mégret.

Je ne veux pas donner de conseils à ce Monsieur Latouche mais j’ai envie de lui recommander la lecture de « Stratégies ». Il constatera comme moi que l’avenir c’est le People et si dans ses rêves les plus intimes, une fois fortune faite, le boss de Fiducial s’imagine un destin de papyvore qu’il laisse tomber « Lyon Mag » et qu’il investisse quelques sous dans le people, c’est l’avenir.

Quant à nous qui lisons « Lyon Mag », si d’aventure il n’avait pas l’élégance de lâcher l’affaire, nous pouvons lui assurer que nous cesserions d’être des lecteurs fidèles de ce titre quitte à préférer lire et soutenir un fanzine de l’actuelle équipe.

On ne se refait pas !

Pour soutenir Lyon-Mag, http://www.lyonmag.com/soutien_register.php

Lyon, le 21 mai 2008

Publicités