Un conseil (général)

22 05 2008

Si l’on en croit le Progrès, Dominique Perben serait « démotivé par sa vice-présidence au Conseil Général et par son mandat de parlementaire ». Toujours dans le Progrès, selon les propos rapportés d’un élu proche de l’ancien candidat aux municipales lyonnaises, je cite, « Il n’y a pas que le national qui le fasse bander ». (Sic !)

Loin de moi l’idée de m’offusquer de ce retrait de Dominique Perben. En pareilles circonstances la discrétion s’impose et le fait que l’ex Ministre ne se pavane pas en ville est plutôt un signe d’adaptation donc d’intelligence.

Ce qui est inquiétant dans le contexte actuel se situe donc du coté du Conseil Général. Passe encore le fait que son Premier Vice-président, Dominique Perben, en plein spleen, prenne de la distance et puisse être démotivé. Ce qui est plus étonnant c’est que son Président, Michel Mercier, paraisse aux yeux de tous encore plus à l’ouest car avant tout intéressé par son sort personnel et donc les négociations avec Sarkozy pour rentrer a gouvernement. Michel Mercier qui vient d’évoquer son possible départ à l’horizon 2009, est manifestement lui aussi sur une autre planète.

Avec un Président à l’ouest, un Vice-président qui perd le nord vous avouerez que la situation du département ne peut qu’interroger le rhôdanien que je suis.

Dans la continuité du rassemblement initié lors des élections municipales qui a conduit les listes « Aimer Lyon » à la victoire, le Parti Socialiste et le Maire de Lyon soutiennent la candidature de mon collègue Thomas Rudigoz dans une élection cantonale partielle (le 5ème arrondissement) qui pourrait changer à terme la donne au sein du Conseil Général du Rhône ce d’autant, qu’adhérent du Modem, Thomas Rudigoz dispose d’atouts indéniables pour sortir vainqueur de ce scrutin dans un canton propriété de la droite depuis des temps immémoriaux.

L’évidence n’étant pas toujours la qualité première de certains, je conseille donc à celles et ceux qui sont sensibles à la nature des politiques mises en œuvre dans les Conseils Généraux de se mobiliser dès le 25 mai pour permettre à Thomas Rudigoz de construire un rassemblement victorieux lors du deuxième tour du 1er Juin. Cela serait la meilleure façon d’indiquer à  Michel Mercier et Dominique Perben que ceux qui font équipe avec Gérard Collomb à Lyon et à la Communauté urbaine ne se désintéressent pas du sort de nos concitoyens rhôdaniens et qu’une alternative se construit.

Lyon, le 22 mai 2008   





Ces gens là

9 02 2008

michel-noir.jpg Michel Noir signait hier dans le Progrès son grand retour sur la scène politique locale en prenant une très nette distance avec la candidature de Dominique Perben.

Manifestement hors du coup quand il s’agit de jeter un regard sur les grands dossiers de la ville et de l’agglomération, Michel Noir, quand il revient aux fondamentaux, mérite de la considération pour preuve son jugement sur l’alliance droitière Perben-Villiers-Millon.

En s’interrogeant sur un accord avec des Millonistes qui « refusent de voter des subventions à la Licra ou à Hippocampe, seule association d’étudiants qui lutte contre le négationnisme » Michel Noir touche (coule ?) Perben là ou cela fait mal.

Dans quelques temps, quand le Conseil Lyonnais pour le Respect des Droits (CLRD) va auditionner les deux candidats, et en particulier Dominique Perben, sur le versement des subventions à la Licra, à Hippocampe mais aussi au Mrap et à SOS Racisme, le champion de l’UMP devra trancher. Ou bien dire qu’il condamne la pratique de ses alliés ou bien qu’il couvre les agissements des Millonistes tout au long du mandat qui s’achève.

Hier Michel Noir expliquait à Jacques Boucaud du Progrès qu’il « n’accepterais jamais d’être sur une liste avec ces gens là ». Reste à Dominique Perben de nous dire maintenant s’il accepte toujours de conduire une liste « avec ces gens là ».

Lyon, le 9 février 2008.





Dink

18 01 2008

Il y a presque un an, Hrant Dink journaliste turc d’origine arménienne était assassiné devant le siège de son journal « Agos ». Le Maire de Lyon inaugurera demain samedi, dans le quartier du confluent, à quelques mètres du nouveau siège du groupe le Progrès, une rue qui portera le nom de Dink.A cette occasion une équipe d’étudiants en journalisme distribuera une réplique de « Agos » destinée à rendre hommage à Hrant Dink ainsi qu’aux journalistes victimes de violences aux quatre coins du monde.

C’est donc demain à 11 heures au siège du Progrès. J’espère que vous serez nombreux.

jys-club-de-la-presse-hrant-dink-2.jpg
Conférence de presse de présentation du journal « Vamos » des étudiants de l’Institut Supérieur de la Communication, de la Presse et de l’Audiovisuel publié à l’occasion de l’inauguration de la rue Hrant Dink.
De gauche à droite: Patrick Girard, Directeur pédagogique de l’ISCPA, Jean-Yves Sécheresse et Janine Paloulian, Journaliste et Professeur à l’ISCPA.

Lyon, le 18 janvier 2008.