Congrès champagne

20 05 2008

Alors que les amis de Dominique viennent d’annoncer que Pierre revenait au bercail et que leur incompatibilité avec Ségolène Royal était totale, la grande affaire de la semaine devrait être la mise en oeuvre du plan-média de Bertrand. Dans le même temps, Manuel continue d’arpenter les médias, Julien est toujours candidat comme casque bleu tandis que Martine nous confie vouloir écrire une contribution destinée à éclairer son rapprochement considéré comme acquis avec Bertrand.

Arnaud, quant à lui, peut se rassurer, Jean-Christophe est tout disposé à lui proposer de signer la contribution de ses amis vu que Pierre est de nouveau en odeur de sainteté non sans indiquer que la priorité est donnée à Bertrand.

Plus classique, pendant ce temps là, Michou tape comme un sourd sur Ségolène, Laurent regarde tout ca de très haut et Claude, l’ami de Lionel, qui vient de quitter l’équipage pour soutenir Nicolas explique que s’il était encore dans le Parti de François, il serait bien entendu comme Lionel, derrière Bertrand.

Quitte à pourrir pour un bon siècle l’image d’une ville socialiste je me demande pourquoi l’on prépare un congrès dans cette bonne ville de Reims alors qu’il était si simple d’en refaire un à Rennes.

Lyon, 20 mai 2008.

Publicités




Globe

20 12 2007

globe-hurricane.gifAlors que d’ici quelques jours, le Part Socialiste devra se résoudre, dans la douleur, à constater le départ de Claude Allègre, au sein de l’Institut de Physique du Globe, les amis de l’ex chasseur de mammouths et de gazelle sont la cible d’universitaires qui pourfendent Allègre et Courtillot, en raison de leur négation du rôle du gaz à effet de serre émis par l’homme dans le changement climatique.

Parmi ceux qui s’en prennent aux thèses de Vincent Courtillot, (Directeur de l’Institut du Globe), on compte le climatologue et professeur au collège de France, l’estimé Edouard Bard. A l’actif du climatologue émérite, la dénonciation (rien de moins) des manipulations scientifiques dont l’équipe Courtillot serait coupable pour parvenir à ses fins. Plus amusant, Bard dénonce aussi la thèse de Courtillot et ses amis qui oublieraient de prendre en compte un fait simple : la terre serait ronde.

 

La polémique fait donc rage et le rififi se propage dans le petit monde des publications scientifiques de très haut niveau.

 

Nous savions tous que quelque chose ne tournait pas rond chez Allègre. De là à penser qu’il était maintenant à plat, il y avait un fossé que nous n’osions franchir.

 

Lyon, le 20 décembre 2007.