Dély, l’initié.

6 05 2008

Je sais bien que les bouquins sur Claude François et Nicolas Sarkozy poussent comme des champignons. Concernant plus particulièrement ceux qui racontent les aventures du Président ils sont non seulement légions mais pour l’essentiel, subalternes.

Celui de Renaud Dély (Marianne) et Didier Hassoux (Le Canard enchaîné), « Sarkozy et l’argent roi », nous réconcilie avec le genre. Leur livre combine assez bien deux qualités nécessaires à un bon bouquin d’actualité : la pertinence de l’angle d’attaque par rapport au sujet traité et, mais c’est plus évident, la qualité de l’information collectée.

Le point de départ de « Sarkozy et l’argent roi » est simple mais crédible. Sarkozy et le fric ne font qu’un. D’ailleurs d’entrée Dély et Hassoux plantent le décor à propos de Sarko en écrivant que  » la conquête du pouvoir l’obsédait, son exercice le frustre  » et dans cette frustration la formule de Sarkozy lui-même, « Un jour j’irai faire du fric » prend tout son sens. De là à ne faire qu’un seul mandat, idée que nos auteurs suggèrent parfois, il y a une sacrée différence même si, je l’imagine comme vous, je suis partant pour accompagner avec force les rêves de PDG qui paraît-il, envahissent le cerveau présidentiel.

Dans « Sarkozy et l’argent roi » rien n’échappe à nos deux journalistes. Factures, frais, cadeaux, entorses budgétaires, renouvellement des zingues élyséens, yachts, tout y passe. Pour ce qui relève du cercle amical, de Bouygues à Minc, de Castries à Bolloré, du gotha du CAC 40 au show biz friqué, ce bouquin nerveux, alerte et documenté montre habilement que certains n’investissent pas à fond perdu même si l’espoir d’un retour sonnant et trébuchant sur investissement n’est pas toujours l’élément moteur. Le petit monde de Sarkozy c’est donc « le grand monde », celui de l’argent, de beaucoup d’argent, du luxe et de l’exquis.

Dans leur enquête nos deux rédacteurs démontrent aussi que ce petit monde sarkozien affiche moins de transparence à l’égard de ses affaires que le Président en titre n’aime l’affirmer face aux Français. Le décorum, l’Etat et le style de vie ne sont décidemment pas très modestes en « Sarkozie ».

Voilà 230 pages que je vous conseille de dévorer lors du week-end qui s’approche et qui sera aussi long que la liste des patrons qui aiment autant l’argent que leur Président.

Renaud Dély et Didier Hassoux, « Sarkozy et l’argent roi », Calmann Levy, 17 Euros.

Lyon, le 6 mai 2008      

Publicités

Actions

Information

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s




%d blogueurs aiment cette page :