Bon anniversaire

29 02 2008

Le hot club de Lyon fête depuis hier et jusqu’à samedi son soixantième anniversaire. Né du coté de la rue des Marronniers le hot club aujourd’hui situé rue Lanterne demeure, que cela plaise ou pas, le point géographique du jazz à Lyon, un lieu unique.Ce soir et demain c’est dans la magnifique salle Molière que le hot club accueille le quartet de Julien Lourau et le pianiste Jean-Baptiste Hadrot. Plus prévisible, la soirée de clôture sera tournée vers des formations locales comme le Gipsy Groove Gang (avec le sax Daniel Huck) et le Harlem Swing renforcé de l’inusable Marc Laferrière. Pour en savoir plus se reporter à www.hotclubjazz.com ou téléphoner au 04 78 30 96 67

Lyon, le 29 février 2008





Campagne

28 02 2008
bayrou-tf1.jpg Hier cohue médiatique et balade lyonnaise pour la forme de la part de François Bayrou venu par obligation soutenir le Modem local dont l’amateurisme a frappé un Michel Mercier absent. Absent mais locace, le même Mercier, indique par ailleurs ne pas reconnaître ses petits parmi les candidats Modem aux cantonales. Seul Gilles Préveral trouve grâce à ses yeux. En attendant la tâche principale du Modem local est de plaider sa cause devant le tribunal administratif suite à l’invalidation de sa liste dans le 8ème arrondissement. A propos de ce feuilleton on peut toujours lire le bloc-notes de Bertrand de Saint-Vincent dans le Figaro de ce matin, c’est assez dévastateur pour le Modem canal-historique.

Mon collègue de l’UMP, Bernard Rey, me confiait hier son communiqué de soutien à Gérard Collomb pour ces élections municipales.

Le progrès de ce matin en donne une version abrégée. En voici le texte intégral (Pdf).

Lyon, le 28 février 2008.





Viva Taha

27 02 2008
rachid-taha.gif Oran – Marignane – Sainte Marie-aux-mines – Pasolini – Rillieux La Pape – Video Color – Grange – West Side – Radio Bellevue – de Burtel – JALB – Maneval – Constantin … Tels sont les noms qui égrainent la biographie de Rachid Taha, « Rock la Casbah », qu’édite Flammarion.

A bien des égards, certains candidats qui figurent dans la compétition municipale d’aujourd’hui devraient lire, avec profit et sans délais, ce livre qui à sa façon, trace le portrait d’un artiste singulier mais aussi celui d’une génération dans une ville, Lyon.

Entre souvenirs, plus ou moins précis et entremêlés, et considérations sur la musique, le cinéma, l’art et la vie, Taha, en compagnie de Dominique Lacout, signe un très bon bouquin, personnel et intelligent. La simple lecture, au terme de cette bio, de la liste des livres, films et disques aimés par Rachid Taha devrait vous convaincre de vous plonger dans l’itinéraire artistique et humain d’un type qui au début des années quatre-vingt a décidé de se livrer à « l’Art de jouer sec » (anagramme de carte de séjour). Plus que recommandable, quasi indispensable.

Lyon, le 27 février 2008.





Tambouille

26 02 2008

Le couple Vianès vient de lancer son offensive annuelle contre la ville de Lyon en déposant un recours pour « excès de pouvoir » (sic !) devant le tribunal administratif au sujet des menus proposés aux enfants dans les cantines scolaires.Mémorial Arménien, foulard, cantines, les Vianès, tour à tour ou ensemble, essaient de briser le mûr de l’indifférence à leurs propos en mettant en avant tour à tour l’intérêt général (?), la laïcité (?), le féminisme (?).

Dans la dernière ligne droite des élections cette agitation juridico-douteuse de la part de Vianès ne fait pas, si l’on en croit « Libé-Lyon », dans la nuance puisque l’association présidée par Michèle Vianès parle « d’apartheid alimentaire » et de « soumission à des impératifs venus d’ailleurs, étrangers ou hostiles à la mission de l’école » soupçonnant aussi d’après Libé, la ville de favoriser les viandes « taxées ». L’avocat de l’association, André Vianès, affirme quant à lui (Le Progrès) que « Les commissions du Conseil Municipal ont été soumises aux pressions d’une instance extérieure de circonstance et que les principes de neutralité et de laïcité ont été transgressés par une délibération qui ne vise pas l’intérêt public » (ouf !)

Que la famille Vianès s’agite n’est pas pour me surprendre mais puisque nous sommes à Lyon, en période d’élections municipales et que monsieur Vianès est candidat sur la liste UMP dans le septième arrondissement, j’attends, comme vous tous, la réaction de son leader, Dominique Perben.

Lyon, le 26 février 2008.





Spontanément Montchat

25 02 2008
Lors de la dernière édition du Festival « Spontaneous », « Et compagnie » et les avignonnais de « Flamenco Vivo » s’étaient rencontrés. Le fruit de leur idylle, « Spontanément Flamenco », sera présenté au foyer de Montchat les 4 et 5 avril prochains. Mêlant improvisation théâtrale et univers du flamenco la démarche des deux compagnies passera par une indispensable phase de travail en commun pendant huit jours afin d’aboutir, pour deux représentations, exceptionnelles à un spectacle total dont la folie ne sera pas la dernière à être convoquée.

Vendredi 04 et samedi 05 avril 2008 au Foyer de Montchat, 53 rue Charles Richard, Lyon 3ème.

Informations à www.improetcompagnie.com

Réservations 04 78 28 50 83

Locations à la FNAC, 11 Euros.





Un ch’ti de trop ?

24 02 2008
La ch’ti mania déboule. A voir la promo qui s’abat sur le pays, nous risquons d’être tous victime d’une immense overdose. Même si j’avoue une réelle affection pour Dany Boon, je ne suis plus très certain qu’après le raz-de-marée qui s’annonce avec la sortie mercredi prochain de « Bienvenue chez les Ch’tis » les choses restent, pour ma part, en l’état.

La campagne de communication orchestrée par la région Nord-Pas-de-Calais n’est certainement pas la meilleure façon de nous rassurer. A coups de flyers qui fleurent bon le rire gugusse et provincial, la Ch’timi attitude générée à dose non homéopathique par nos amis du Nord me laisse au mieux perplexe.

Pendant les années « Fernandel » le cinéma français avait déjà écrit ses plus mauvaises pages en proposant des films douteux qui fleuraient bon la province et en l’occurrence la Provence. J’espère que le film de Dany Boon qui s’annonce comme la grande comédie française de fin d’hiver ne flirte pas avec l’errance misérable et douteuse qui empestait jadis ces films censés honorer les valeurs provençales et l’éternelle bonne humeur du Sud.

Réponse la semaine qui vient.

Lyon, le 24 février 2008.





Le souvenir de Perben

23 02 2008

Si vous perdez de temps à autre votre temps à parcourir ce blog vous savez que Dominique Perben laisse d’excellents souvenirs à beaucoup de gens. Du côté de Chalon, de Dijon l’ancien élu local Bourguignon est regretté. L’ancien Ministre de la Justice l’est tout autant. Aujourd’hui nous allons faire un petit tour en Ile-de-France, plus précisément à Conflans. Je viens, peut-être comme quelques uns d’entre vous, de recevoir cette « lettre ouverte à Monsieur Dominique Perben » signée du Maire de Conflans-Sainte-Honorine. A lire (Pdf).
En bonus pour le week-end cette vidéo du même Perben destinée à mobiliser les troupes. A voir.

Lyon, le 23 février 2008.