Bonnes et mauvaises manières

23 01 2008
rachida_dati.jpg Il paraît que la diplomatie indienne en a raz la casquette des mauvaises manières de Sarkozy. Ira, ira pas avec Carla Bruni devant le romantique Taj Mahal, annulation de l’étape de Bombay, le protocole s’arrache les cheveux car suspendu au bon vouloir d’un Président qui crisse sur le sujet. Après l’épisode extravagant du Vatican, le Pape qui poireaute, le coup de main sur l’épaule du prélat, le forcing pour imposer la nouvelle belle-mère, l’envoie de SMS, les mauvaises manières du garnement de Neuilly commencent à peser sur la diplomatie française avec son mélange de vie privée et de vie publique.

Pour trouver un peu de paix et de quiétude, il faut cette semaine se tourner vers « Closer » qui s’évertue, dans un édito en forme de lèche, de nous expliquer que tout va bien entre Cécilia et Carla « les deux femmes les plus vue de France, deux femmes exceptionnelles qui sont tombées, à vingt ans d’intervalle, amoureuses du même homme ». Plus loin, dans l’article qui est le produit d’appel du magazine, on glisse tout de même un bémol en nous expliquant « qu’avec Carla, se dit Cécilia, Nicolas n’est pas au bout des surprises ». Manifestement, «Closer» attend déjà de pied ferme le retour des mauvaises manières.

Côté bonnes manières, il faut, si l’on en croit le Figaro, se tourner vers Rachida Dati candidate aux municipales dans le très huppé 7ème arrondissement de Paris. Le 7ème, comme l’écrit Dati dans sa littérature électorale, « c’est le respect, de la tradition, la vitalité des quartiers, la cohésion des générations : des valeurs qui sont les miennes. » Fraîchement débarquée avenue de la Motte-Picquet, la chouchou du Président paye de sa personne en parcourant les marchés avec, comme le remarque avec admiration le Figaro, « d’incroyables talons aiguilles » signe authentique d’élégance pour une Ministre qui confie « je suis encore dans les cartons. J’ai dû les ouvrir en catastrophe pour trouver de quoi mettre lors du voyage présidentiel en Arabie Saoudite. »

« Séduisante », « charmante », « courageuse », Rachida Dati a « la volonté de s’impliquer ». Pour preuve définitive, le Figaro nous dit que Dati a décidé « de jouer le jeu à fond » et « certains dimanches, elle assiste même à la messe. Après Sainte-Clotilde, elle s’est rendue, hier à Saint-Pierre du Gros- caillou. Elle cherche à organiser un déplacement au Vatican persuadée qu’une photo avec le Pape séduira l’électorat catholique. »

Bonnes manières, mauvaises manières, si Rachida Dati veut s’encanailler avec le Pape, je lui suggère Jean-Marie Bigard. Si par contre elle souhaite un gentleman, genre désabusé mais toujours nickel, je lui propose Dominique Perben, il sera un excellent et exquis compagnon de voyage.

Lyon, le 23 janvier 2008.

Publicités