Sorties

31 12 2007
lyondestructure-31-12-07.jpg Si ce soir vous êtes Lyonnais, croiser du côté du Ninkasi Kao de Gerland pourrait s’avérer être une bonne idée de réveillon électro. Quelques heures plus tôt, pour deux séances (20h et 22h), les monologues du vagin sont proposés à l’amphithéâtre de la Cité Internationale. Aux mêmes horaires, mais cette fois-ci à l’auditorium Lumière de la Cité Internationale, le bouiboui présente « Arrête de pleurer Pénélope-2-la suite ! ». Renseignements sur www. bouiboui.com

Lyon, le 31 décembre 2007.

Publicités




XIXème

23 12 2007
hugo.jpgLa ville de Lyon, en cours d’année, avait consacré une intéressante rétrospective au XIXème siècle. Cette semaine, à l’occasion de la sortie d’un numéro double, c’est le Nouvel Observateur qui s’y colle. Sur 50 pages consacrées à Hugo, Fourier, Crystal Palace, Boucicaut, Saint Simon…et signées par de grand spécialistes comme Mona Ozouf, Jacques Julliard, Christophe Boltanski, Dominique Fernandez ou Philippe Sollers, le Nouvel Observateur tire une dernière salve gagnante alors que se termine 2007.

En vente pendant les fêtes, 4 euros, en kiosques.

Lyon, le 23 décembre 2007.





Aimer Lyon

22 12 2007

Les groupes de la majorité municipale lyonnaise (PS, Verts, PCF, PRG et Gaec) viennent de réaffirmer que c’est unis au sein des listes Aimer Lyon animées et conduites par Gérard Collomb qu’ils entendaient figurer dans l’élection municipale de Mars prochain. Voici le texte du communiqué commun signé par les 5 présidents des groupes de la majorité municipale en fin de semaine. « Nous avons travaillé ensemble pendant sept ans et les Lyonnais reconnaissent aujourd’hui les succès de ce mandat et la métamorphose de la ville.

Tous ceux qui ont constitué la majorité municipale souhaitent poursuivre ensemble pour amplifier la dynamique donnée à notre ville.

Ils se retrouvent donc dans l’équipe « Aimer Lyon », équipe qu’ils veulent renouvelée et ouverte à tous les Lyonnais qui, comme eux défendent un projet fondé sur le développement et le rayonnement de Lyon, sur le vivre ensemble et la solidarité, et sur la responsabilité dans le domaine de l’environnement. 

La réussite de ce mandat préfigure les résultats du travail qu’il reste à accomplir pour amplifier l’élan donné à Lyon.

C’est donc dans la confiance et dans un esprit d’ouverture que l’équipe de « Aimer Lyon » se présentera devant les électeurs, en mars prochain. »

Lyon, le 22 décembre 2007.





Globe

20 12 2007

globe-hurricane.gifAlors que d’ici quelques jours, le Part Socialiste devra se résoudre, dans la douleur, à constater le départ de Claude Allègre, au sein de l’Institut de Physique du Globe, les amis de l’ex chasseur de mammouths et de gazelle sont la cible d’universitaires qui pourfendent Allègre et Courtillot, en raison de leur négation du rôle du gaz à effet de serre émis par l’homme dans le changement climatique.

Parmi ceux qui s’en prennent aux thèses de Vincent Courtillot, (Directeur de l’Institut du Globe), on compte le climatologue et professeur au collège de France, l’estimé Edouard Bard. A l’actif du climatologue émérite, la dénonciation (rien de moins) des manipulations scientifiques dont l’équipe Courtillot serait coupable pour parvenir à ses fins. Plus amusant, Bard dénonce aussi la thèse de Courtillot et ses amis qui oublieraient de prendre en compte un fait simple : la terre serait ronde.

 

La polémique fait donc rage et le rififi se propage dans le petit monde des publications scientifiques de très haut niveau.

 

Nous savions tous que quelque chose ne tournait pas rond chez Allègre. De là à penser qu’il était maintenant à plat, il y avait un fossé que nous n’osions franchir.

 

Lyon, le 20 décembre 2007.





Chabrol et le Sarko Show

19 12 2007

Libération titre ce matin sur « Le Président bling-bling » justifiant ainsi les cinq pages « évènements » qui suivent,  parmi cette abondance de photos et d’articles l’interview de Claude Chabrol mérite le détour. Le réalisateur, en grande forme, passe en effet au peigne fin la mise en scène de la vie présidentielle. Situant le quotidien élyséen dans l’univers de Lubitsch, comparant Sarkozy à un Michel Drucker plutôt qu’à un Hitler , Chabrol parle d’un président avec « un faux air de De Funès », à une émission de télé réalité située tantôt dans cet endroit cinglé qu’est Wolfeboro tant dans ce lieu « burlesque » de Disneyland.

 

Carla Bruni, le fakir libyen, la famille Sarko, tout y passe et Chabrol de se féliciter malicieusement que le Président assure le show en nous distraillant, pour nos longues soirées d’hiver.

 

Du grand Chabrol à lire dans Libé d’aujourd’hui.

 

Lyon, le 19 décembre 2007.





www.jysecheresse.com

18 12 2007

Demain, je serai probablement désigné par mon parti comme candidat sur les listes conduites par Gérard Collomb. Même si ce blog personnel, initié depuis novembre 2006, n’est donc en rien conjoncturel, conformément aux recommandations émises par la Commission nationale des comptes de campagne, j’ai décidé de suspendre son hébergement sur la plateforme de 20 minutes pendant toute la campagne électorale des municipales et ce jusqu’au 17 mars 2008, lendemain du 2ème tour.

Vous pourrez ainsi désormais accéder à « De Lyon et d’ailleurs » en vous connectant directement sur: www.jysecheresse.com (merci de ne pas oublier de mettre à jour vos favoris !).

8e645287a107f2288ba39cc17446327f.jpg

Je tiens enfin à remercier tout particulièrement l’équipe « Blog » du quotidien 20minutes.

D’ailleurs, dans quelques mois, « De Lyon et d’ailleurs » reprendra son activité normale sur la plateforme 20 minutes.

A tout de suite sur : www.jysecheresse.com .

Jean-Yves Sécheresse





Triqueur

17 12 2007

guignol.jpgJe viens de recevoir le numéro deux d’un journal intitulé « Gare aux coups de triques » qui souhaite s’inscrire, dit-il, dans une tradition d’humour satirique et de raillerie qui serait particulière à Lyon. Pour cela les auteurs anonymes de ce bimensuel convoquent l’inévitable Guignol qui ne demandait rien à personne, le « parlé gone » et ce qu’il faut de lyonnaiseries, beaujolais compris, pour tenter de figurer « dans le contexte des municipales » (sic !).
Une fois dit qu’à chaque fois qu’un nouveau journal tentera sa chance, je ne serais bien entendu jamais le dernier à m’en féliciter, je voudrais tout de même signaler quelques uns des travers de ce journal écrit à l’ancienne par des gônes qui ne sont manifestement pas des perdreaux de l’année.
Leur communiqué de presse (non daté et non signé) n’y va pas par quatre chemins puisque après avoir venté « la liberté apolitique » de « Gare aux coups de triques » les rédacteurs nous disent, rien moins, que leur journal « se situe juste à côté du Canard Enchaîné ». Alors les gars, sans vouloir vous faire offense, laissez-moi vous dire que vous vous situez effectivement « à côté » du Canard, mais loin, très loin, de celui-ci.
Passons à l’apolitisme revendiqué. Ce terme dont les lecteurs de ce blog, tout comme moi, ont appris à se méfier tant il cache en général des inclinaisons particulièrement lestées, ne me paraît pas convenir à une publication dont l’aversion militante contre les grèves et les mouvements sociaux est avérée. Même remarque à l’égard de la vie politique, l’humour aviné de « Gare aux coups de triques » traitant Bayrou de « François Biroute », s’emprenant à Mitterrand et plaçant Sarkozy, au niveau de Chirac, mais bien au dessus de Ségolène Royal indiquent que l’apolitisme affiché est un leurre et une posture.
Ces rédacteurs, certains de leur humour et de leur apolitisme, s’intéressent avant tout à un petit monde dont la géographie est dessinée à partir du Beaujolais et de préoccupations qui concernent quelques côteries de l’édition locale et des arts plastiques.
Les deux principales cibles de cette étrange publication sont vous vous en doutez deux femmes car l’éditrice Corine Poirieux et la Vice-présidente du Grand Lyon Nadine Gelas font les frais de nos guignols anonymes qui n’hésiterons pas, dès le troisième numéro, à décliner, j’en suis sûr, leur identité et leur visage, façon de savoir si leur tronche mériterait de figurer dans un casting « d’halloween, la nuit des marques » au cas où John Carpenter envisagerait un troisième remake de ce chef d’œuvre incontournable de la série B.
« Gare aux coups de triques », 2 euros, en kiosques.
Lyon, le 17 décembre 2007.